School Works 2007-2009

Tout a commencé il y a presque trente ans, quand j'ai lu pour la première fois "Gargantua et Pantagruel" de François Rabelais. Ce texte a longtemps travaillé dans ma tête, jusqu'à ce que, au en avril 2005, j'ai compris que je voulais en faire une vidéo.

Après beaucoup d'essais et de réflections, je cherchais en France une classe d'enfants de douze ans pour interpréter mon projet. Et je les ai trouvés, en mars 2007. Leurs professeurs étaient enthousiastes du projet interdisciplinaire que je proposais et les experts invités, un historien de la nourriture et des scientifiques, étaient heureux de travailler avec nous. (J'avais voulu des chercheurs pour donner une idée plus complexe et intéressante de la nourriture, pour rapprocher les élèves à la science, et parce que l'écrivain Rabelais avait été médecin aussi.)

Chaque mois, nous avions des leçons, des conférences ou des sorties dans les musées et les jardins historiques de Paris. Nous sommes arrivés à établir notre propre version phonétique des listes de mets de Rabelais, après que je l'avais verifiée avec un expert de la prononciation française ancienne. Dans l'esprit ironique de Gargantua, j'ai ajouté aux listes du Moyen Âge des listes de plats et de gâteaux d'aujourd'hui, en donnant à la bande son une pincée de contemporaneité et d'humour. En mai 2008 j'avais enregistré la bande son et tourné la vidéo Gargantua et son making-of (1, 2). J'ai passé les mois suivants 'à les monter et 'à écrire un livre, enfrançais et en italien, mes deux points de vue sur l'expérience.

Les enseignants m'avaient proposé de travailler avec euxà la suite du projet, autour du Gigantisme, en 2008-2009. En tant qu'artiste (et professeur bénévole) j'étais totalement libre de choisir mes thèmes, et j'ai choisi de lancer une recherche sur les langages et la relativité: géant ou nain, c'est seulement question d'échelle et de perception. Pendant toute l'année nous avons travaillé en trois ateliers, chacun avec un professeur qui donnait de l'épaisseur et de la profondité aux sujets que j'avais suggérés. D'autres ont participé, dans leur domaine. Un excellent travail d'équipe, j'ai apprecié chaque leçon.

Si au début je voulais simplement avoir les moyens et les interprètes pour réaliser mes vidéos, jour après jour j'ai découvert que je pouvais devenir, au moins pour les étudiants -et peut-être un peu aussi pour les professeurs- un agent provocateur de pensée. L'oeuvre terminée, nous sommes tous convaincus d'avoir appris à interagir et à raisonner d'une façon différente, parfois même meilleure. Finalement, je crois que cette oeuvre soit l'exemple d'un nouveau type d'art social: quoi de plus socialement utile que d'aider des jeunes à penser?


home
© 2009-2010 Carla Della Beffa